Historique

“Traduit mot à mot, « Nommerlayen » signifie les Rochers de Nommern. Cet ensemble rocheux unique traverse le Luxembourg et se compose de roches généreuses aux formes très irrégulières : des falaises abruptes, des fissures et des grottes.

Les trous spongiformes ont certainement été formés par la dissolution du calcaire qui liait les grains de sable. Ce sable déposé par un lac à l'époque tertiaire, il y a environ deux millions d’années, s’est soudé avec le temps. Plus tard, après les mouvements tectoniques de la croûte terrestre, ces sédiments se sont élevés au-dessus du niveau de la mer. L’érosion a pu attaquer ces formations rocheuses provoquant des effondrements, des dislocations, des nivellements et des polissages, et les modeler tel que nous les voyons aujourd’hui.

L’histoire de ces rochers n’est pas encore terminée. Les ancêtres ont utilisé les cavernes et les falaises comme logements ou fortifications imprenables. Directement derrière notre camping, il existe deux plateaux qui furent utilisés d’abord par les Celtes, puis par les Romains comme refuge (le Aalbourg et la plaine directement situés derrière le camping). Il est strictement interdit de faire des fouilles dans le sol. L’histoire de Nommern a été fortement influencée par Nommerlayen. C’est pourquoi il est intéressant de vous la raconter brièvement. « Nommern » vient d’un mot ancien celte qui signifie « village près de l’eau » ou « village près des sources ». Nommern fut toujours une commune indépendante avec sa propre église et son cimetière. La localité de Larochette faisait partie de la commune de Nommern. 

Les crucifix entre Larochette et Nommern étaient les lieux de halte des porteurs des défunts. A Nommern, on fabriquait autrefois du charbon de bois, d’où le surnom de « charbonniers ». Aujourd'hui, on peut encore retrouver des plateaux noirs de 10 à 20 m de diamètre. Il y a cent ans, sur ces plateaux, on édifiait des tas de bois en forme de demi-hémisphère. Le bois était alors recouvert de terre. Au milieu, on gardait libre un orifice qui servait de cheminée. Par là, on mettait le feu et seulement après que le feu ait bien pris, on bouchait hermétiquement le fourneau à l'exception de quelques petites aérations. Au bout de dix jours environ, on découvrait le foyer et le charbon de bois éait prêt pour le transport dans les aciéries du sud du pays.

L`ancien promenade « N » se trouve le long de ces différents plateaux. Totalement indédite, cette promenade vous mène au travers d'Aalbuurg et de ces refuges celtes et romains. Les Romains ont aménagé cette partie du « pays » avec deux murs, maintenant deux lignes de collines qui abritent des animaux sauvages. Les grottes le long de la vieille route « N » sont remplies d’encoches. Sur le haut de ces grottes, vous devriez trouver la date 1843.

Venez les découvrir par vous-même !

Réserver maintenant

360° Panorama

 

Get it on Google Play

 

Available on the App Store